mercredi 26 octobre 2016

Bilbo le hobbit - Tolkien

J’avais adoré la récente trilogie de films Bilbo le Hobbit, j’avais donc très envie de lire également le roman dont ces films sont inspirés. Je n’aime pourtant pas trop habituellement découvrir le film avant le livre, mais qu’importe. Ce roman raconte donc les prémisses de la saga Le seigneur des anneaux, comment tout a commencé, avec la découverte de l’anneau par Bilbo. On fait la connaissance de Bilbo Baggins, un hobbit respectable qui vit dans son gentil trou de hobbit sur la Colline. Un jour, sans crier gare, une horde de nains et un magicien s’invitent chez lui à l’heure du thé et se proposent de l’embarquer pour une fabuleuse quête, au terme de laquelle Bilbo sera appelé à jouer les cambrioleurs dans l’antre d’un dragon.
Comment ne pas aimer ? Je ne vais pas vous apprendre le talent fou de Tolkien, sa faculté à créer un univers magique. Le livre est plein de rebondissements, les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres. On est amené à rencontrer des Elfes, des gobelins, un changeur de peau, des araignées effrayantes, un dragon… L’histoire est racontée du point de vue du petit hobbit, ce qui est assez cocasse parfois. On est tenu en haleine d’un bout à l’autre par les péripéties de la troupe.
Malheureusement, j’avais les films en tête pendant toute ma lecture. C’est pourquoi la description de certaines scènes m’a parue assez faible en comparaison avec le film, par exemple la confrontation entre Bilbo et le dragon ou encore la Bataille des cinq armées qui est racontée assez brièvement dans le livre. A noter toutefois que les films ne sont pas vraiment proches du livre. J’ai été également surprise que le livre ne soit pas vraiment sombre, rien ne laisse présager des ténèbres qui vont s’abattre, de la lutte future pour l’anneau. Il n’y a aucun indice du pouvoir maléfique de l’anneau, qui apparaît uniquement comme une solution pratique pour devenir invisible.

En conclusion, je pense que le visionnage des films a quelque peu atténué mon plaisir de lecture. J’ai toutefois adoré ce monument de la littérature, et lirais avec plaisir les ouvrages de la saga Le Seigneur des anneaux. 

Afficher l'image d'origine

vendredi 14 octobre 2016

Le bal du comte d'Orgel - Raymond Radiguet

Mahaut aime son mari, le comte d'Orgel. Le couple est apprécié et prend activement part dans la vie mondaine. Ils rencontrent un jour François de Séryeuse, et deviennent inséparables. La suite paraît classique : François tombe amoureux de Mahaut.
Je suis assez surprise de ma lecture, j'avais ouvert ce livre il y a de cela quelques années puis l'avais vite refermé, effrayée par le style que je trouvais ampoulé. Pourtant, je peux dire qu'il n'en est rien, au contraire : le roman se lit vraiment très facilement. J'admire le talent avec lequel Radiguet transforme une histoire d'apparence très classique en une œuvre unique. Les sentiments sont décrits avec la plus grande subtilité. Les silences, les regards, les non-dits deviennent plus importants que les mots. Les émotions de chaque personnage se construisent en réaction à celles des autres. Les protagonistes sont effrayés et surpris eux-mêmes de leurs propres passions.
J'ai été assez étonnée au moment de tourner la derrière page, je voyais bien l'histoire continuer un peu plus. J'ai été d'abord déçue, mais à la réflexion cette fin est parfaite et tombe au bon moment, nous laissant comme suspendus à la plume de l'auteur.

Résultat d’images pour le bal du comté d'orgel

jeudi 6 octobre 2016

L'homme invisible - Wells

Les péripéties d'un savant parvenu à se rendre totalement invisible, voilà la promesse de ce classique de la littérature fantastique.
Je ne vais pas prétendre l'avoir dévoré, j'ai plutôt aimé, sans plus. Mais je me sens mal à l'aise pour juger ce livre, qui a déjà plus d'un siècle ! Il est vrai que nous avons depuis vu histoire bien plus spectaculaire, cet homme invisible nous paraît désormais bien classique, presque banal. Tout est cependant très bien mené, il y a des rebondissements et le personnage est loin d'être terne, tantôt nous le prenons en pitié, tantôt il nous agace et énerve. Il y a de plus derrière cet ouvrage une réflexion intéressante et assez universelle sur le progrès et sur la science.
A avoir lu au moins une fois, pour les amateurs de littérature fantastique : ce roman a ouvert la voie a bien d'autres.