mardi 22 novembre 2016

Berberova - Zoïa Andréevna

L'histoire d'une femme qui a fui les bolchéviks et loue une chambre dans une pension tenue par d'affreuses soeurs qui vont la malmener et la jalouser.
Une nouvelle que j'ai dévorée en 20 minutes à peine. J'ai beaucoup aimé : le style, l'ambiance, la façon dont sont dépeintes ces femmes détestables. Il y a un grand mystère qui entoure la jeune femme et qui rend le récit très intriguant et bouleversant.

Afficher l'image d'origine

dimanche 13 novembre 2016

La faute de l'abbé Mouret - Emile Zola

Je continue mon petit chemin dans l'oeuvre de l'un de mes écrivains préférés. Ce roman m'intriguait beaucoup, j'avais hâte de découvrir comment Zola allait nous dépeindre la religion.
En effet, le livre se déroule dans le petit village des Artaud. Serge Mouret, prêtre de ce village, est tout entier dévoué à Dieu, ce qui n'est pas le cas de la plupart des habitants. Il exerce avec zèle sa profession et mène une vie tranquille, jusqu'au jour où il tombe malade. Il est alors envoyé au Paradou, une vaste demeure pourvue d'un immense parc en friche. Là il rencontre la jeune Albine, qui va le soigner alors qu'il a perdu la mémoire et semble connaître une seconde naissance (vous le sentez venir, le péché ?)
J'ai trouvé ce roman très intéressant car vraiment très différent des autres tomes des Rougons que j'avais pu lire. La quiétude de ce livre s'oppose à l'agitation, au fourmillement et au vacarme du Ventre de Paris, du Bonheur des dames... L'intrigue est ici centrée autour d'une poignée de personnages, et de deux lieux-clé : l'église et le Paradou. L'histoire est donc propice à des descriptions absolument fabuleuses -si tant est que l'on aime les descriptions- quoiqu'un peu longues parfois, du dépouillement de l'église et de la luxuriance d'une nature livrée à elle-même.
Zola a ainsi construit ce roman autour d'une opposition fondamentale, rythmant tout le récit : la nature contre l'Eglise, la Femme contre Dieu, la tentation contre la religion. Le roman est également propice à quelques scènes savoureuses avec les habitants du petit village, rustres campagnards qui ricanent au fond de l'église pendant les messes et font fi de l'interdiction du sexe avant le mariage. La jeune soeur de Serge est également un personnage assez comique et attendrissant.
Le roman est découpé en trois parties distinctes : la première dépeint la dévotion du prêtre, la deuxième est celle de la transformation, d'une nouvelle enfance au cours de laquelle Serge expérimente l'amour et la vie dans la nature et la troisième partie signe la victoire de la religion sur l'amour et sur la tentation incarnée par Albine et le Paradou.
Comme souvent chez Zola, la nature est un personnage à part, qui parle presque aux personnages.
J'ai ainsi beaucoup aimé ce roman malgré certaines longueurs, je le recommande aux admirateurs de Zola qui ne le connaissent pas encore. Cependant, je ne vous conseillerai de lire celui-ci en premier si vous découvrez l'univers zolien car il risquerait de vous dérouter.

Afficher l'image d'origine