lundi 9 janvier 2017

Emmène-moi au bout du monde - Blaise Cendrars

Premier roman de Blaise Cendrars que je lis, après avoir découvert sa poésie il y a quelques temps de cela. L'histoire d'une comédienne âgée, Terera Espinosa, qui fait les quatre cents coups et marque de son empreinte le théâtre parisien.
J'ai eu du ma à rentrer dans cette œuvre, mais j'ai fini par en saisir l'intérêt et par vraiment l'apprécier. Dès les premières pages, j'ai été frappée par le caractère irrévérencieux des propos de l'auteur. La première scène est en effet une scène de sexe au cours de laquelle Terera perd son dentier et réclame à son amant de la frapper encore plus fort pour qu'elle ait un bel œil au beurre noir ! Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre, mais j'ai trouvé ça franchement génial de présenter une femme âgée mais qui ne s'empêche pas pour autant de vivre intensément, d'avoir des amants, de rire à gorge déployée. J'ai trouvé ce livre incroyablement féministe tant il casse les représentations classiques de la femme et de la comédienne. La grande actrice est crue, vulgaire, gouailleuse. C'est une merveilleuse héroïne, rafraichissante, tellement forte et attachante. On a l'impression de l'avoir devant les yeux, Cendrars la dépeignant de manière si vivante.
Ce roman est très rock and roll, il part un peu dans tout les sens. Je l'ai trouvé avant tout empreint de liberté, d'audace, d'originalité. Je l'ai vu comme une ode à l'iconoclasme, un pied de nez au politiquement correct.
Blaise Cendrars est ainsi, décidément, un auteur qu'il me faudra continuer à lire.

Afficher l'image d'origine